Réponse d’Alter Mater à un propos incongru

Facebook Quand Klaus FUCHS intervient sur la page Facebook de Michèle DELAUNAY ( le 11/10/2013) :

 » @ Alter Mater, que je sache, même un conjoint est un citoyen qui a le droit de s’exprimer de façon autonome et indépendante de son mari ou de son épouse. Mais bon, cette vérité primaire vous a échappé. Quant à ma connaissance de dossiers, qu’en savez vous? Que savez vous de mon côté « professionnel »? En plus, je vous fais observer que je ne me suis pas exprimé sur le fond des dossiers, mais sur la façon dont vous vous servez pour harceler la ministre en lui faisant le procès d’intention de ne pas connaitre votre problème qui existe bel et bien mais qui mériterait une autre manière de procéder. Pour moi il s’agit d’une outrecuidance très énervante. Et c’est ça, le motif du commentaire provocant votre réaction. « 

Réponse  d’Alter Mater :

Beaucoup de propos vides de votre part et par lesquels vous ne prouvez rien. Je ne harcèle personne, je dis simplement les choses et j’ai horreur du vide.
Je n’irai pas plus avant dans l’analyse de ce que vous dites, mais je soulèverai quand même deux ou trois points :

1 – La forme de mon expression ne serait pas la bonne mais vous reconnaissez malgré tout que le problème existe bel et bien.

Pouvez-vous me dire comment je dois procéder pour avoir une réponse à des questions que des milliers de gens en souffrance se posent ?

Quelles sont les façons de s’exprimer qui conviennent ?

Quelles sont les réponses apportées par le ministère puisque les difficultés sont connues ?

Que fait-on quand on écrit au dit ministère, qu’on a un contact téléphonique avec lui et qu’il dit qu’il vous rappelle et qu’on attend toujours une réponse ?

D’autre part :

Pourquoi les questions écrites des parlementaires (tous partis confondus et surtout SRC) sur le sujet restent-elles, et certaines depuis plus d’un an, sans réponses ?*

2 – Votre phrase :  » Mais bon, cette vérité primaire vous a échappé », que sous-entend-t-elle ?

3- Pouvez vous préciser le sens de votre dernière phrase ?

Si vous êtes énervé, Monsieur, je n’y peux rien.

Une chose est sûre, l’outrecuidance n’est pas où vous croyez qu’elle est. Si votre épouse a choisi d’être Ministre, il vous faut l’accepter et ne pas interdire que certaines questions à sa compétence lui soient présentées au motif que cela froisserait votre tranquillité.

*Voir : https://altermater.wordpress.com/2013/09/04/les-majeurs-proteges-en-questions-a-lassemblee-nationale/

Depuis des années la presse se fait l’écho des dommages subis par des milliers de victimes de Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs. Malgré cela rien n’aboutit.
https://www.facebook.com/pages/ALTER-MATER-Lutter-contre-les-abus-des-Tutelles-et-Curatelles/378540958932711

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Réponse d’Alter Mater à un propos incongru

  1. Tiberghien Brigitte dit :

    juste un témoignage de plus et comme écrire au Juge des tutelles ne sert à rien …

    Le 7 décembre 2013
    Objet :
    Demande de moyens efficaces et efficients dans la gestion des tutelles
    Demande de réel droit de regard des familles sur la gestion des tutelles
    Demande » d’assainissement « du milieu professionnel des tutelles
    Signalement concernant la gestion d’une tutelle

    Lettre recommandée avec accusé réception

    Monsieur Le Président de la République,
    Madame la Ministre de la Justice,
    Madame la Ministre déléguée auprès de la Ministre des Affaires sociales et de la santé, chargée des Personne âgées et de l’Autonomie,
    Monsieur le Procureur général près la cour d’appel de Douai,
    Monsieur le Procureur de la République près le TGI de Lille,
    Monsieur X Juges des Tutelles près le TI de Roubaix,
    Mesdames X’, Y, Z de l’A.G.S.S. de l’U.D.A.F. de Lille à Roubaix,
    Monsieur Z’ mandataire judiciaire,

    Diagnostiquée Alzheimer début 2005, ma mère a été mise sous tutelle de Monsieur Z’ courant mai 2009 par Monsieur X, Juge des Tutelles près le TI de Roubaix.
    Monsieur Z’ a été dessaisi du dossier de tutelle le 24 février 2012 et Monsieur X, Juge des Tutelles près le TI de Roubaix, a désigné un nouveau mandataire judiciaire en la personne de Mme X’ de l’A.G.S.S. de l’U.D.A.F. de Lille à Roubaix.
    Au jour où Monsieur Z’ est désigné, la situation de ma mère est la suivante :
    • Un revenu d’environ 1 500€ mois
    • Une maison en location avec pour garant Locapass et la mère du locataire
    • Elle réside dans un appartement de 50 m² dans une maison de retraite belge (sachant que lorsque son état s’aggravera elle sera transférée dans une chambre particulière ou double d’une aile médicalisée du même établissement et d’un coût moindre)
    • Elle dispose d’un « matelas de sécurité » d’environ 30 000€ en épargne et assurance vie
    Ce lundi 2 décembre 2013 la directrice de la maison de retraite me téléphonais pour m’annoncer que ma mère serait « jetée » dans une clinique belge ou française du fait que l’A.G.S.S. de l’U.D.A.F. de Lille ne pouvait plus payer ses frais d’hébergement ni de nutrition.
    Cet état de fait résulte d’une gestion tournée vers la vente inéluctable de la maison de ma mère, voir en annexe rapport circonstancié des manquements, afin de n’avoir plus qu’un pécule à gérer et d’augmenter les émoluments de tutelle.

    Je vous demande
    • de donner aux magistrats les moyens de contrôler la gestion des MJPM
    • de donner réellement aux familles un droit de regard sur ces gestions
    • d’assainir ce milieu en révoquant systématiquement tout MJPM ayant été justement poursuivi

    • de poursuivre civilement Monsieur Z’ et Mesdames X’, Y, Z de l’A.G.S.S. de l’U.D.A.F. de Lille pour :
    • Négligence à s’entourer des conseils nécessaires

    • Intervention contraire aux intérêts du majeur protégé

    • Omission du paiement des loyers et charges diverses

    • de les condamner au paiement de dommages et intérêts à hauteur du préjudice subi par ma mère

    Restant à votre disposition pour tout renseignement complémentaire,

    Veuillez agréer,
    Monsieur Le Président de la République,
    Madame la Ministre de la Justice,
    Madame la Ministre déléguée auprès de la Ministre des Affaires sociales et de la santé, chargée des Personne âgées et de l’Autonomie,
    Monsieur le Procureur général près la cour d’appel de Douai,
    Monsieur le Procureur de la République près le TGI de Lille,
    Monsieur X Juges des Tutelles près le TI de Roubaix,
    Mesdames X’, Y, Z de l’A.G.S.S. de l’U.D.A.F. de Lille à Roubaix,
    Monsieur Z’ mandataire judiciaire,
    l’expression de mes salutations distinguées.

    Mme TIBERGHIEN Brigitte

    Copies : Monsieur Le Président de la République – Madame la Ministre de la Justice- Madame la Ministre déléguée auprès de la Ministre des Affaires sociales et de la santé, chargée des Personne âgées et de l’Autonomie –Monsieur le Procureur général près la cour d’appel de Douai – Monsieur le Procureur de la République près le TGI de Lille – Monsieur X Juges des Tutelles près le TI de Roubaix – Mesdames X’, Y, Z de l’Agss de l’UDAF de Lille à Roubaix – Monsieur Z’ mandataire judiciaire
    ANNEXES
    Manquements de Monsieur Z’
    Protection de la personne
    Monsieur Z’ écrit le 14/09/2010 une requête « urgente » pour une opération, gastrostomie -Elle est proposée lorsqu’une alimentation par voie orale se révèle être insuffisante ou impossible-, pour laquelle on a demandé son approbation le 09/09/2010. L’avis éclairé a été signé ce même jour, 14/09/2010, par deux des enfants du majeur protégé.
    Protection des biens
    • Monsieur Z’ attend plus d’un an de loyers impayés pour se faire rembourser par Locapass, premier garant du locataire, et engendre ainsi des dettes au majeur qu’il protège (alors qu’il aurait travaillé dix ans dans le recouvrement avant de devenir mandataire judiciaire)
    • Monsieur Z’ ne s’occupe plus de quelques manières effectives que ce soit de la gestion de l’immeuble (c’est nous qui avons récupéré les clefs du domicile auprès de la locataire partie « à la cloche de bois »).
    • Monsieur Z’ ne tient pas compte de nos recommandations pour alléger les charges (transfert de notre mère d’un logement de 50 m² vers une chambre individuelle ou conjointe)
    • Monsieur Z’ maintient de manière totalement absurde et inappropriée deux années consécutives une mutuelle française alors qu’il s’est occupé des démarches pour que notre mère soit sous le régime belge, pour un coût approximatif de 4 000 €.
    • Monsieur Z’ engendre délibérément par ses trois derniers points un déséquilibre budgétaire lui servant d’argument pour que le Juge des Tutelles l’autorise à prélever 10 000 € de l’assurance vie de notre mère.
    Manquements de L’A.G.S.S. de l’U.D.A.F. : Protection des biens
    • Le 24 février 2012 l’agence immobilière W n’attendait que la signature du tuteur sur un contrat pour louer la maison de notre mère
    • Le 9 octobre 2012, l’agence W nous signalait avoir reçu de l’A.G.S.S. de l’U.D.A.F. un courrier leur demandant d’établir un contrat de gestion locative afin de solliciter l’autorisation de M Le Juge des Tutelles de louer la maison.
    • Ce n’est qu’en mai 2013 que la tutelle envisageait de louer la maison
    • Le contrat de mutuelle MACIF a été reconduit en 2013 pour un coût de 2011 € (pour quels risques ? Une mutuelle belge aurait coûté environ 240€)
    • Début juin 2013 je communiquais à l’A.G.S.S. de l’U.D.A.F. mon intention d’acquérir la maison de ma mère et restais sans nouvelle jusqu’au 15 octobre 2013
    • L’A.G.S.S. de l’U.D.A.F. demandait en juin un acte de transmission de propriété d’un coût de 2020€ (« afin d’être seul signataire concernant une éventuelle location ») alors qu’elle se rapprochait dangereusement de la cessation de paiement et que le titre de propriété fait normalement parti de l’inventaire du patrimoine à rendre dans les trois mois suivant la désignation (ce qui vaut également pour M Z’).
    • Bien qu’il y ait déficit mensuel depuis la désignation de la tutelle (quand bien même l’A.G.S.S. de l’U.D.A.F. le comble en asséchant les économies de ma mère avec l’accord du Juge) rien n’est fait auprès du Juge aux Affaires Familiales pour l’établissement d’une obligation alimentaire.
    • La comptabilité approximative, au mois le mois (loin de la mission de gestion et de protection du patrimoine du majeur), mène inexorablement l’A.G.S.S. de l’U.D.A.F. de Lille à l’incapacité de régler les charges de nourriture et d’hébergement de ma mère en novembre 2013.
    Conclusions
    • Maison non louée depuis juillet 2011 29 * 750€ = 21 750€
    • Trois ans d’adhésion totalement inappropriée à la mutuelle Macif 3 * 2000 = 6 000€
    • Plus les émoluments de ces MJPM
    Total du préjudice : environ 30 000 €

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s